Louange à vous - Laudato Si' par le pape François

Ignatius

Écrire une critique
$ 14.95 
Sku: PBTYH

Don de Dieu et foyer commun de l’humanité, la terre est menacée par l’abus de sa liberté par l’homme. Dans son encyclique Louange à vous (Laudato Si'), le pape François met tous les gens au défi de louer et de remercier Dieu pour sa glorieuse création et de travailler ensemble pour la sauvegarder.

Les papes Benoît XVI, Jean-Paul II et Paul VI ont abordé des thèmes clés concernant l’intendance de la création de Dieu, mais François est le premier à consacrer toute une encyclique au sujet. L’encyclique tire son nom de saint François de Cantique des Créatures d’Assise, qui dépeint la création comme « une sœur avec qui nous partageons notre vie et une belle mère qui ouvre les bras pour nous embrasser ». Le pape François déclare : « Cette sœur nous crie maintenant à cause du mal que nous lui avons infligé par notre utilisation irresponsable et l’abus des biens avec lesquels Dieu l’a dotée. »

François appelle à une "écologie intégrale" basée sur ce que le pape Saint Jean-Paul II a appelé une "conversion écologique", une transformation morale liant la réponse appropriée à Dieu pour le don de sa création à la préoccupation pour la justice, en particulier pour les pauvres. Il met les gens au défi de comprendre l’écologie en termes de bon ordre des relations fondamentales de la personne humaine : avec Dieu, soi-même, les autres et le reste de la création.

François examine des préoccupations écologiques telles que la pollution, les déchets et ce qu’il appelle « la culture du rejet ». Le climat, insiste-t-il, est un bien commun à protéger. Il explore des notions telles que la durabilité d’un point de vue judéo-chrétien. La perte de biodiversité et la répartition inégale des ressources, en grande partie causées par le consumérisme et l’individualisme excessif des nations les plus riches, menacent le bon ordre de la création, écrit-il. Tout en valorisant la technologie, il rejette les efforts visant à répudier l’ordre naturel, y compris la loi morale inscrite dans la nature humaine. Il met en garde contre une dépendance excessive à l’égard de la science pour résoudre les problèmes écologiques et souligne la nécessité de l’ouverture à Dieu.

Exposant la tradition biblique en matière de création et de rédemption en Christ, François souligne la subordination de l’homme au plan de Dieu. Il insiste sur la primauté de la personne humaine dans la création et refuse de la traiter comme si elle était «divine», mais il retrace les racines de la crise écologique à l’égocentrisme de l’homme et la montée du relativisme pratique. Sans rejeter les changements politiques, il implore les gens de changer leur cœur et leurs modes de vie.